butte de la maltière

Les bunkers

Plusieurs ouvrages vestiges de l'occupation allemande témoignent de l'histoire de la commune pendant la dernière guerre mondiale. Trois d'entre eux retiennent l'attention : le blockauss de St-Jacques Aéroport, derrière l'école Eugène Pottier, et le « grand bunker » du Haut-Bois, dont la construction aurait nécessité plus de 2500 m3 de béton !

Le « Grand bunker » du Haut bois

Situé sur le centre-ville, le « grand bunker » du Haut-Bois (28 mètres de long, 15 mètres de large, sur 8 mètres de hauteur) était l'un des plus importants d'Europe. Derrière ses murs épais de deux mètres à deux mètres cinquante, il hébergeait le poste de commandement de l'ensemble de la défense aérienne allemande du secteur.

« Des femmes militaires allemandes y travaillaient par roulement. Une navette les acheminait le midi et emmenait l'équipe du matin »,

raconte Elise Guédard, fille de l'ancien exploitant agricole.

Stratégique, cet imposant ouvrage construit sur deux niveaux était doté d'un équipement performant et d'avant-garde. Il abritait un central téléphonique pour tout l'ouest et permettait l'acheminement des renseignements. Les soldats en poste suivaient ici sur écran la trace des avions qui décollaient d'Allemagne ou d'Angleterre.

Le blockauss de St-Jacques Aéroport

Un deuxième blockauss jouxte l'école Eugène Pottier. De taille plus modeste (20 mètres de long pour une largeur variant de 10 à 14 mètres), il est identifié sous le nom 197a. L'ouvrage abritait un centre de communications, radio et filaires. 12 orifices de sortie d'antennes y ont été répertoriés.

Visité seulement en avril 2007, le bâtiment a alors révélé ses trésors aux historiens locaux : portes, boîtiers de branchement, répartiteur téléphonique, radiateurs et canalisations de chauffage... L'ouvrage était en fait un élément important du dispositif créé par l'armée allemande pour guider ses avions, bombardiers et chasseurs, à base de radio-balises.

Enfin, à quelques mètres de là, derrière le Théâtre de l'Aire Libre, se trouve un troisième et dernier blockauss : l'abri 502. Mesurant 15 mètres par 10, l'édifice est doté de deux portes et de deux embrasures de tir. Il comprend notamment un support de ventilateur, un boîtier électrique et une partie du câblage avec ses boîtes de dérivations en bakélites et les douilles de l'éclairage. Il est ouvert à la visite sur demande à la mairie.

Sources : Magazine : Mémoires de Saint-Jacques # 3, # 20 et #24

 
  • Picto Facebook
  • Picto Envoyer
  • Picto Facebook
  • Picto Envoyer