home
Recensement
22/01/23

Recensement 2023

Du 19 janvier au 25 février, recensement à St-Jacques.

80 ans de la Maltière

Rayou
Retrouvez le texte écrit et déclamé par le slameur Rayou

À l'occasion des célébrations des 80 ans de la Maltière, le slameur Rayou a écrit un texte qu'il a déclamé à plusieurs reprises lors des différents évènements.
Vous avez été nombreux à apprécier ses performances : nous vous partageons ci-dessous son texte.

 

Tous droits réservés à Rayou - pour toute demande de réutilisation du texte contactez aliasrayou@protonmail.com

 

" Le 30 décembre 1942, de bonne heure,
Les rennais virent passer sous leurs fenêtres
25 jeunes hommes prêts à tomber au champ d’honneur
Qui entonnaient des chants patriotiques à tue-tête


Entassés à l'arrière de fourgons cellulaires
Ils traversaient la ville vers une mort sûre
Victimes du fascisme, cet ennemi séculaire
Cette bête immonde dont on ne compte plus les morsures


Ils n’étaient ni colonels, ni généraux
Non, c’était des gens du peuple, des civils
Qui ont enfilé leurs costumes de jeunes héros
Lorsque les nazis sont arrivés aux portes de la ville


Ils s’appelaient Victor, Albert, Henri, Jean
Ils étaient cordonniers, cheminots, chauffagistes
Jusqu’à la fin ils sont restés droits, intransigeants
Face à la barbarie des idéaux fascistes


Dans les derniers mots à leurs proches ils racontent la souffrance
endurée sous la torture des allemands
Et leur fierté de mourir pour la France,
d’avoir accompli leur devoir loyalement


L’un d’eux écrit : “Je vais mourir à la fleur de l’âge,
J’aurais voulu vous serrer dans mes bras avant de partir”
Et comme lui dans chaque ville et dans chaque village
Des femmes et des hommes ont sacrifié leurs vies en martyrs


Oui, des femmes et des hommes ont sacrifié leur existence
Pour des valeurs, des principes, qui aujourd’hui nous semblent acquis
Des femmes et des hommes qui sont entrés en résistance
Et pour certains d'entre eux qui ont rejoint le maquis


Ils auraient pu se taire, choisir de ne rien faire
Mais ils ont décidé de changer le cours du destin
En dérobant des explosifs, en sabotant des chemins de fer
En imprimant et distribuant des journaux clandestins


Imaginez leur courage pour surmonter la peur
Sachant la probabilité qu’ils y laissent la peau
Sachant qu’ils étaient à la merci du moindre délateur
Pour se faire arrêter par la Gestapo


Après un semblant de procès où ils purent à peine se défendre
Nos 25 braves restent dignes pendant le réquisitoire
Ils sont condamnés à mort le 22 décembre
Mais leurs noms resteront pour toujours dans l’histoire


Tout juste âgé de 19 ans le jeune Maurice Fourrier
Fait partie des condamnés lors de cette mascarade
Il demande à être fusillé en dernier
Pour soutenir jusqu’à la fin ses camarades

 

Il rejoint le peloton d’exécution peu avant 10h20
et lui fait face sourire aux lèvres, posture altière
Mesdames, Messieurs, faisons en sorte qu’ils ne soient pas morts en vain
Souvenons nous, des fusillés de la butte de la Maltière ".