histoire

Son histoire

Grâce aux revues Mémoires de Saint-Jacques et au travail effectué depuis plusieurs années par le « Groupe Mémoire », une trace de l'histoire de St-Jacques existe au travers de ces documents.

St-Jacques et la Guerre 14-18

La Première Guerre Mondiale se déroule à l'Est et au Nord de la France, cependant les hommes mobilisés partent - pour la plupart - loin de leur région. St-Jacques n'est pas exclue. Un monument aux morts est élevé en 1922 près de l'église de la commune et porte le nom de 53 habitants morts au front, alors que la population de l'époque compte environ 1 000 habitants. Cela représente 5% de la population jacquolandine... Les femmes pallièrent donc le manque de main d'œuvre dans les fermes, usines et commerces.

L'emprise militaire est bien présente à St-Jacques (la Courrouze, le Polygone, le Camp de Verdun et celui de la Marne). Quelques années avant la Seconde Guerre Mondiale, cela s'accrut par différentes créations et extensions militaires : celle d'un camp d'aviation à proximité du Bourg et l'extension du terrain d'aviation.

St-Jacques pendant la Seconde Guerre Mondiale

Lors du commencement de la Seconde Guerre Mondiale, St-Jacques est en pleine mutation. Sa population dépasse les 2 000 habitants en 1936, le Bourg (St-Jacques Aéroport) regroupe ainsi 40% de la population.

Après s'être emparés de Rennes le 18 juin 1940, les Allemands s'empressent d'occuper le soir même St-Jacques. Ces derniers décident de détruire une partie du bourg, dont la mairie, pour agrandir l'aéroport. Malgré cela, de nombreux Jacquolandins s'engagent dans la résistance, refusant tout simplement la présence des occupants.

Les Allemands envahirent aussi la Butte de la Maltière (lien vers la page butte de la maltière) et y resteront jusqu'au 4 août 1944, jour de la Libération de Rennes. Durant ces quatre années, des résistants ont été fusillés, en ce lieu. L'une des dates qui marqua le plus l'opinion publique de Rennes et de St-Jacques est celle du 30 décembre 1942 : 25 Résistants sont jugés et emmenés pour être fusillés à la Butte de la Maltière.

Dès la fin de la guerre, chaque 30 décembre, des cérémonies en hommage aux résistants sont organisées en ce lieu, pour préserver ce site et en faire un lieu de mémoire. Toutefois, ils ne sont pas, malheureusement, les seuls à avoir été fusillés à cet endroit, 79 hommes au total eurent le même destin entre 1940 et 1944.

St-Jacques et l'après-guerre

La guerre est terminée, la commune se réorganise. On rend hommage à ceux qui se sont battus pour la liberté du pays et en premier lieu aux résistants.

Le maire de l'époque, Jean Pont, doit faire face à de nombreuses difficultés et notamment le logement, problème crucial en cette période : 78 maisons sinistrées sur 421 existantes. St-Jacques a été en grande partie démolie par les Allemands.

St-Jacques en chiffre depuis les années 1990

La commune est en constante évolution. Depuis les années 1990 sa population ne cesse d'augmenter.

La population municipale :

  • 1990 : 6189 Jacquolandins
  • 1999 : 7 583 Jacquolandins
  • 2009 : 10 282 Jacquolandins
  • 2011 : 10 712 Jacquolandins
  • 2012 : 11 271 Jacquolandins
  • 2013 : 11 783 Jacquolandins
  • 2014 : 12 303 Jacquolandins

En terme de population, la ville de St-Jacques devient la quatrième ville de l'agglomération rennaise.

 
  • Picto Facebook
  • Picto Envoyer
  • Picto Facebook
  • Picto Envoyer

Parole d'élus

  • Bernard-Bougeard_14
  • Chaque année, le 30 décembre, une émouvante cérémonie est organisée devant la Butte de la Maltière réunissant des familles de fusillés, des représentants politiques, des anciens combattants, des écoliers, pour rendre hommage au sacrifice de 79 patriotes fusillés entre 1940 et 1944 dont 25 le 30 décembre 1942. Ce devoir de mémoire est essentiel pour nos enfants et les générations futures pour comprendre ce qui s'est passé, pour transmettre et ne jamais oublier. Le 4 août, à l'occasion de l'anniversaire de la libération de Rennes, s'y déroule une autre cérémonie avec dépôt de gerbes. Par ailleurs, place de l'Eglise, au bourg, devant le monument aux morts, sont organisées chaque année : le 8 mai, la cérémonie commémorative de l'armistice de 1945, le 11 novembre la cérémonie commémorative de l'armistice de 1918 et le 5 décembre, la journée nationale d'hommage aux morts pour la France pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie. La population jacquolandine est invitée à participer à toutes ces cérémonies.
    - Bernard Bougeard - Conseiller délégué Administration générale et protocole
  • 02 99 29 75 30
    Ouvert lundi, mardi et jeudi : 8h30 - 12h et 13h30 - 17h30
    Mercredi : 8h30 - 17h30
    Vendredi : 8h30 - 16h30

    Samedi : 10h - 12h
  • mairie@st-jacques.fr